BLOGUE

La bienveillance pour des équipes plus performantes

En 2016, nous avons partagé un article sur la sécurité psychologique pour améliorer l'efficacité des équipes de développement. En résumé, l’objectif est de favoriser un environnement où les équipes peuvent prendre des risques interpersonnels sans crainte. Sept ans plus tard, le sujet est d’autant plus d’actualité! Cette fois, nous allons au-delà de la sécurité psychologique pour parler de la bienveillance en général et de son pouvoir sur la performance des équipes. Bien qu’on se concentre sur les équipes de développement logiciel, ce thème s’applique dans tous les milieux de travail!


Qu’est-ce que la bienveillance en milieu de travail?

La définition de base de la bienveillance est une attitude qui consiste à être attentif au bien-être et à l'épanouissement d'autrui. Elle se manifeste par une volonté de bien faire, de comprendre, de respecter et d'aider les autres, sans jugement. La bienveillance implique généralement de l'empathie, de la générosité et de la patience.

 

Bien que cette description soit juste, nous voyons la bienveillance comme un concept beaucoup plus large chez Nexapp. C’est un élément central de notre approche en matière de performance et de création de valeur. Être bienveillant est à la fois un état d'esprit et une volonté constante d'améliorer le bien-être de nos équipes, sans pour autant négliger la performance. Ça signifie adopter une posture d'écoute, d'ouverture et de soutien à l'égard de nos coéquipiers, mais aussi envers nos clients! C’est de mettre la curiosité, l’apprentissage et le mentorat à l'avant-plan. C’est d’encourager l'autonomie et l’initiative. Cela signifie aussi d’oser prendre des risques. Oser discuter de ce qui ne fonctionne pas. C’est de se remettre en question en tant qu’équipe, de challenger le statu quo. Et surtout, c’est de prôner l'honnêteté et la transparence.

La bienveillance envers nos clients

La bienveillance est essentielle dans notre relation avec nos clients. Elle nous permet de comprendre leurs véritables besoins, leur contexte et leurs contraintes. Elle nous guide non seulement à ne pas penser uniquement à notre propre situation, mais aussi à faire des compromis et travailler ensemble afin de créer les meilleures solutions.

 

De plus, être bienveillant avec nos clients ne signifie pas de mettre en œuvre immédiatement toutes les demandes. Parce que oui, on peut faire beaucoup de choses d’un point de vue technique. Mais est-ce vraiment la meilleure chose à faire? Parfois, on doit prendre du recul et identifier le réel besoin ou problème auquel une fonctionnalité vise à répondre.

 

Et si c'est effectivement la meilleure solution et que nous allons de l’avant, mais que des obstacles sont découverts en cours de route, voulons-nous toujours poursuivre ou changer de direction? Par exemple, on découvre que l’ajout d’une certaine fonctionnalité à l'application prendra finalement deux fois plus de temps et d’argent. On doit donc se poser la question : L’ajout a-t-il autant de valeur maintenant? Il s'agit de communiquer cela au client, d'être transparent et de jouer un rôle d’accompagnement. C’est d’ailleurs une partie du concept appelé le mindset produit.

 

C’est donc de guider nos clients pour qu'ils prennent les meilleures décisions possibles pour leur besoin et celui des utilisateurs. Lorsqu’on croit être dans la mauvaise direction, on le dit. Et lorsque le focus est uniquement sur la performance à tout prix, on réintroduit l’état d’esprit de bienveillance.

La bienveillance au sein de l'équipe

Au sein de l'équipe, la bienveillance permet de mieux comprendre et respecter les différentes situations et niveaux de connaissances de chacun. Comme mentionné plus tôt, la bienveillance invite à l'écoute, au mentorat, elle stimule la curiosité. Elle invite les membres de l'équipe à ne pas craindre de parler lorsqu’ils ne comprennent pas quelque chose, ou à prendre les devants lorsque c’est nécessaire.

Un environnement ouvert et collaboratif permet de se remettre en question les uns les autres pour s’améliorer en tant qu’équipe et en tant qu’individu, sans affecter la sécurité psychologique. En partant du principe que chacun travaille au meilleur de ses compétences et de sa compréhension, nous instaurons un climat de confiance qui amène à se poser des questions comme :

  • Travaille-t-on vraiment sur les bons objectifs en ce moment ?
  • Sur quoi peut-on s’améliorer pour progresser dans notre propre carrière?
  • Comment peut-on mieux travailler pour réduire les erreurs?

C’est toujours dans un objectif d’aider à s’épanouir et à mieux progresser. Lorsque les gens se sentent en confiance et en sécurité psychologiquement, ça crée une culture où nous sommes plus à l'aise pour partager les inconforts. Les employés sont plus à l’aise pour donner leur idée, même si ce n’est pas nécessairement l’idée de base qui est prise, mais plutôt la meilleure.

 

 

Pour moi, c’est rentable de rester soi-même et de placer l’humain en priorité. Prendre le temps de s’écouter même en période de stress, c’est important. Oui c'est du temps dépensé, mais c'est un investissement dans notre quotidien. Passer du temps de qualité et avoir des équipes qui sont heureuses au travail vont nécessairement bonifier la performance, l'écoute et le dévouement. Au final, on économise de l'argent, parce que tout le monde est dédié à faire le bon produit.

- Martin Nadeau, engineering manager (Gestionnaire d'ingénierie et coach technique)

Donner de la rétroaction pour améliorer la performance

Ce n’est pas nouveau, la rétroaction est cruciale pour performer, qu'elle soit positive ou négative. D’ailleurs, si les commentaires plus difficiles sont transmis dans la bienveillance, ça en favorise la réception. Encourager les commentaires et souligner qu'ils sont motivés par une intention bienveillante favorisent une culture de communication ouverte au sein de l'équipe. En fin de compte, le coût émotionnel d'une rétroaction négative est minime comparé aux bienfaits qu'il produit.

 

On peut encourager la rétroaction en offrant aux employés, par exemple, des formations pour perfectionner l’art de donner et recevoir du feedback. Nous avons d’ailleurs fait appel à Sophie Gadoury de Nimble Bubble pour outiller nos équipes en ce sens. On peut aussi instaurer des rituels qui sont dédiés à cet échange, afin de prendre l’habitude. L’équipe comprend alors l’importance de cette pratique et savent que ce n’est pas pour être difficile ou chercher le conflit, mais plus parce qu’on est bienveillant qu’on donne beaucoup de commentaires. Et ce n’est pas seulement les ressources humaines ou les managers qui ont cette attitude et donnent de la rétroaction, c’est le rôle de tous les membres de l’équipe.

 

Par contre, la bienveillance ne signifie pas tout excuser, d’infantiliser les personnes ou de les prendre par la main. Cela signifie plutôt de dire les choses telles qu’elles sont, de parler honnêtement, en veillant à ce que les individus disposent des outils nécessaires pour progresser. Fuir la rétroaction négative et priver une personne des informations dont elle a besoin pour se développer est tout le contraire de la bienveillance. Le sugarcoating ne sert pas la croissance de quiconque.

Mesurer la performance et le moral de l’équipe

Mesurer les performances et le moral de l'équipe, c’est la 1re étape pour une quête d'amélioration. Chez Nexapp, nous sommes passionnés par le développement de logiciels et l'amélioration continue. Nous nous efforçons d'améliorer les performances et de fournir plus de valeur, plus rapidement. Cependant, l’atteinte de ces objectifs sera difficile si les équipes sont submergées, démotivées ou insatisfaites.

 

Afin de prévenir les difficultés, tant au niveau humain qu’au niveau technique, nous utilisons Axify, notre solution SaaS qui aide les équipes à optimiser leur processus de livraison logicielle, en s’appuyant sur des données provenant directement des outils de développement. Axify aide les leaders d’ingénierie à obtenir une visibilité accrue sur:

  • L’expérience du développeur (DevEx : la charge cognitive, le flow state et les boucles de rétroaction)
  • La productivité des processus (DORA metrics, SPACE framework)
  • Les goulots d'étranglement dans le cycle de développement

Pour véritablement incarner un modèle de bienveillance, une organisation devrait veiller à équilibrer son attention entre ces trois axes. En se concentrant exclusivement sur la productivité, comme l'amélioration du délai de livraison par exemple, on s'expose au risque de négliger un élément tout aussi essentiel : le bien-être de l'équipe. Cette approche pourrait engendrer des résultats à court terme, mais elle n'est pas durable sur le long terme!

 


 

Vous voulez tester Axify pour améliorer l’efficacité et le DevEx de vos équipes de développement?

 

Les articles en vedette
Travailler chez Nexapp selon nos développeurs (Partie 2)
Un stage chez Nexapp, ça ne change pas le monde … sauf que!
Élever la barre des ressources humaines, à la sauce Nexapp
PARTAGER

Soyez les premiers au courant des derniers articles publiés

Abonnez-vous à l’infolettre pour ne jamais rater une nouvelle publication de notre blogue et toutes nos nouvelles.